Parent Folder
Hélène, ma fille
Pour d'autres pages personnelles ou de généalogie, voir:

Pages personnelles
Généalogie



Ils ont déjà vécu très heureux

Ils eurent trois enfants

Et se marièrent le 11 décembre 1999, à la Mairie d'Avignon et le 26 Août 2000 à la Chapelle de Notre-Dame de Mayran.

Ils continuent d'être heureux.

C'était la plus jolie petite fille du monde que je tenais dans mes bras à Lisbonne à la Maternité Pro Matre, ce 12 février. C'était mon premier bébé, qui arrivait juste au moment où ma Mére s'en allait pour toujours, à Alger.

Hélène venait apaiser mon chagrin, et son éveil à la vie était pour moi, la pérennité de la famille. Sa petite enfance se déroula sans anicroches particulières et ses sourires nous ravissaient. Dans ce beau pays qui nous accueillait quelques temps, elle grandit en parfaite petite fille portugaise, comblée et gâtée par Maria ou Albertina, aux petits soins pour elle. Nous l'emmenions partout dans nos balades et nos campements dans la nature ou sur les plages, pas de probléme, je la nourrissais. Elle grandit, fit ses premiers pas, et commença à parler portugais. Pendant ces trois années, en Algérie, la guerre s'immiscait partout, cette guerre de maquis, si difficile à cerner. Mais la vie continuait, chacun là-bas croyant au meilleur, c'est-à-dire à la suite de notre vie, dans ce que nous estimions être notre patrie. Et nous sommes rentrés tous les quatre, heureux de retrouver les nôtres; et une vie que j'aimais par-dessus tout. Juste avant notre départ, nous avions donné à Hélène un frère, Alexandre.


Cliquer sur l'une des photos ci-dessus pour l'agrandir et voir Hélène à 6 mois, 1 an, 20 mois et 2 ans

 
Nous retrouvions Alger, avec plaisir mais avec au cœur une inquiétude certaine.  Cela n'empêchait pas Hélène et Alexandre de grandir sereinement car à leur âge ils étaient loin de s'émouvoir de ce qui se passait alors. Nous habitions notre villa de Suffren et ils avaient le jardin, la place, et la plage comme univers Hélène jouait à merveille son rôle de grande sœur, faisait preuve d'un certain caractère, ou d'un caractère certain... mais s'amusait beaucoup et profitait pleinement de sa liberté enfantine. Cécile venait alors après Alexandre, former ce que l'on appelait une famille nombreuse. Nous étions cinq et Hélène se sentait des ailes d'aînée. Elle allait rentrer à l'école et nous sommes partis nous installer à Alger. Une vie différente commençait pour elle. Mais l'Indépendance de l'Algérie allait bouleverser notre vie. Il fallut protéger les enfants d'éventuels traumatismes et Hélène, son frère et sa sœur passèrent six mois en France avant que nous puissions envisager de rester. Ils s'en furent à l'Ile de Ré dans une pension adorable et revinrent vivre avec nous le temps que nous pourrions passer là Elle rentra au Lycée Français, Fromentin. Nous avions toujours la villa de Suffren et y passions en famille et entre amis tous les dimanches de bons moments. Hélène y fit les quatre cents coups avec son amie Isabelle.

Lorsque nous sommes rentrés en France, à Nantes. Notre nouvelle vie changeait complètement. Ce n'était plus la Méditerranée,... Il fallait oublier tout et s'adapter au climat, à l'océan, ses marées et ses pluies. Mais Hélène continuait à grandir, à travailler et à s'amuser avec ses nouveaux amis et ses cousines Anne-Marie et Florence, retrouvées là. Elle fit de la danse, elle fit sa communion solennelle et disputa férocement des championnats de hand-ball... La vie continuait pour elle comme pour nous, sur un ton différent. Puis, les années passant, nous avons déménagé une autre fois pour Versailles.
 

Cliquer sur l'une des photos ci-dessus pour l'agrandir
Nouveau lycée, nouveaux amis, nouvelles connaissances et une adolescence qui commençait, sans trop de problèmes. Elle passait ses vacances d'été à Ibiza où nous retrouvions le soleil et notre MER, les oursins et les amis d'Alger. Elle passa son baccalauréat, et vola enfin de ses propres ailes en travaillant en Radiologie à l'Hôpital de St Cloud. Elle s'installa, seule et courageusement dans un studio et commença sa vie de femme, comme elle l'entendait. Ce en fût pas toujours heureux, souvent difficile, mais elle menait son chemin, droit devant elle ce en quoi elle était digne de toute notre admiration et surtout de celle de son Grand-Père qui l'aimait beaucoup.

Un jour arriva où nous avons reçu à déjeuner, (avec un "canard aux navets", de célèbre mémoire), Reynald qui allait devenir son fiancé pour dix-sept ans !!! Non ne vous étonnez pas, c'est vrai. Il était sympathique, grand et beau garçcon. Nous étions nous aussi séduits, sans savoir qu'il détestait les navets. Il nous l'avoua au moins dix ans après !!! 

Hélène était heureuse et cela se lisait sur son visage. Vint le temps des enfants... Jules-Antoine arriva le premier, puis Alice. Ils partirent ensuite en Corse où le travail de Reynald l'appelait et où ils passèrent trois ans et où Louise vint au monde quatre ans après Alice. Nous étions installés dans le Midi, dans cette jolie maison qui allait être pour eux et leurs enfants, les lieux de leurs futurs souvenirs, et ils vinrent habiter près de nous, à Avignon, dans une maison qu'ils allaient restaurer et installer au fur et à mesure.

La maison s'améliore de jour en jour, Jules-Antoine est maintenant en sixième, Alice en CM2 et Louise termine sa maternelle. Hélène s'occupe d'eux avec beaucoup de soins et d'amour et le travail ne lui manque jamais. Elle est aussi, comme moi, une fan de la "petite pomme", travaille sur un iMac Anthracite DVD,.

Reynald travaille à la création de constructions nouvelles dans la région. et particulièrement des caves. Il n'est pas souvent à son bureau, il court ses chantiers sur sa superbe moto et ne ménage pas sa peine. Passez à Séguret et visitez Le Mourchon. En y achetant un excellent vin, vous pourrez admirer ce qu'il a fait, la cave pour abriter les vins de la propriété et la maison restaurée dans les règles de l'art.
 

Ils viennent souvent tous ensemble à la Grange du Tambour, profiter de l'espace, du soleil, et se fabriquent ainsi des souvenirs, comme je les ai eus moi-même à Suffren. Allez sur Ma plus belle page pour les voir tels qu'ils sont maintenant.


Création : 2000-06-23
Mises à jour : 2003-11-08
2008-05-03
2013-01-31
2019-10-09




© Françoise Bernard Briès.
Copyright, Syndication & All Rights Reserved Worldwide.

The text and graphical content of this and linked documents are the copyright of their author and or creator and site designer, unless otherwise stated. No publication, reproduction or exploitation of this material may be made in any form prior to clear written agreement of terms with the author.