Parent Folder
1913 - En allant en Grèce
et passant par le détroit de Messine...

(...pas du tout pour pĂȘcher la sardine ! ! ! !)


Le détroit de Messine
et l'itinéraire de l'Oranais

Le detroit de Messine

Il y a quelques temps je recevais un message de mon ami Sergio † , qui vit à Modène, mais que j'ai connu en Algérie et principalement à Suffren. Il venait de visiter le carnet de croquis d'Edmond Bruch, sur le voyage en Grèce et en compagnie d'une amie calabraise; ils avaient reconnu certains des endroits dessinés dans le détroit de Messine. Aussitôt il m'envoya des photos de ces endroits et c'est ainsi que l'on peut reconnaître la ville de Scylla, un rocher très remarquable, "Pentedattilo" au pied duquel se trouve un petit village, une autre vue de l'entrée avec la vue du côté de la Sicile, et aussi le Stromboli qu'ils avaient dû apercevoir avant de s'engager dans le détroit, ainsi que le rocher des 2 frères qui devait se trouver proche du Stromboli, dans les îles éoliennes. Le souci du détail, le regard attiré par l'inhabituel, et une main sûre, étaient les qualités d'E.Bruch, car tout est exact. Vous pourrez aisément reconnaître les lieux, la côte de la Sicile, avec la Torre Faro qui se trouve sur la carte et à gauche la côte de la Calabre, montagneuse. C'est l'endroit de Charybde et en face se trouve la ville de Scylla.
"Scylla, nymphe d'une éclatante beauté, avait inspiré un violent amour à Glaucus, qui se joue des tempêtes et se complaît dans les flots azurés. Moitié homme, moitié poisson, ne se rendant compte ni de sa laideur ni de sa difformité, ce dieu marin avait beau prendre à témoin le ciel, la terre et la mer de la sincérité de son cœur, la nymphe restait insensible à ses adjurations et à ses transports. Il eut recours à Circé. La magicienne, qui aimait Glaucus au point d'en être jalouse, lui fit de perfides promesses. Elle composa un poison qu'elle jeta ensuite dans la fontaine où la nymphe avait coutume de se baigner.
A peine Scylla fut-elle entrée dans la fontaine, qu'elle se vit changée en un monstre qui avait six griffes, six gueules et six têtes ; une meute de chiens lui sortait du corps autour de sa ceinture, et leurs hurlements continuels frappaient d'effroi tous les passants. Scylla, effrayée elle-même de sa forme monstrueuse, se jeta dans la mer près des rochers et des écueils qui, dans le détroit de Sicile, portèrent son nom.
Scylla a une voix terrible, et ses cris affreux ressemblent au rugissement du lion : c'est un monstre dont l'aspect ferait frémir un dieu même. Lorsqu'elle voit passer des vaisseaux dans le détroit, elle s'avance hors de son antre, et les attire à elle pour les engloutir. C'est ainsi qu'elle se vengea de Circé en faisant périr les vaisseaux d'Ulysse, son amant.
Charybde, fille de Neptune et de la Terre, ayant volé des bœufs à Hercule, fut foudroyée par Jupiter et changée en un gouffre dangereux qui se trouve dans le détroit de Sicile, en face de l'antre de Scylla. Homère suppose qu'il engloutit les flots trois fois par jour, et trois fois les rejette avec des mugissements horribles.
De ces deux gouffres le moins dangereux est celui de Charybde ; de là le proverbe : Tomber de Charybde en Scylla."
Je me demande aujourd'hui, si Nona et Edmond avaient évoqué ceci, mais toujours est-il que l'on entendait souvent ces mots à la maison, mots qu'un plaisantin avait immédiatement traduit par :"Tomber de Caroube en Salade". Passons...

Maintenant que vos mémoires mythologiques - comme la mienne! - ont été rafraîchies par ces lignes, il faut en venir aux images. Venant de Marseille, le vapeur l'Oranais, fit route vers le Sud et avant de s'engager dans le détroit, passa au large du Stromboli laissant sur sa gauche le fameux Rocher des 2 frères, ainsi nommé par Edmond Bruch, mais que nous avons repéré dans les îles Eoliennes, comme "Basiluzzo"

Le Rocher des 2 freresLe Rocher de Basiluzzo

Le dessin des 2 frères a été fait en passant entre le Stromboli et l'îlot Basiluzzo. On peut aisément le remarquer sur la photo du bas et l'îlot se trouve alors dans la bonne position du dessin.

Le Stromboli Le Stromboli

Le Stromboli vu par Edmond Bruch et une photo récente. Il semble plus pointu sur la photographie, mais je pense que ce n'est pas pris sous le même angle que le dessin.

Le Stromboli et Basiluzzo

L'Oranais avait du faire route entre le volcan et l'îlot.
[Avec l'aimable courtoisie du site lié à l'image]

Ils allaient maintenant être en vue de la ville de Scylla mais en la voyant vers le Nord, donc en voyant sa plage et le promontoire bâti de maisons. Encore une supposition de beau temps ! car E. Bruch ne cessait de dessiner et de dessiner tranquillement. Que faisait Nona pendant ce temps ??? Parlait-elle avec le Commandant Ginouvier, ou bien avec d'autres passagers. Comme je serais curieuse de connaître ces conversations !!! Mais peut-être admirait-elle aussi les paysages et en discutait-elle avec son cher Edmond... Vous savez - car je l'ai déjà dit - qu'ils s'adoraient.


L'angle de vue n'est pas le même mais on ne peut que constater que c'est bien de Scylla qu'il s'agit. Le dessin est bien conforme à la photographie actuelle.
[Avec l'aimable courtoisie du site lié à l'image]

Après avoir vue Scylla, ils allaient bientôt s'engager dans le détroit. Le navire vira légèrement sur tribord et de dirigea vers la Sicile, où, ils virent l'extrème pointe de l'île, Torre Faro, avec son ancien feu, encore dressé. De nos jours, existe encore un énorme pylône faisant face à celui du continent et qui à eux deux faisaient passer l'électricité pour éclairer l'île !!! Ils ne sont plus en service.

L'entree du detroit Le detroit vue de Calabre

Ils entrent dans le détroit, admirant sur tribord, la Sicile et à babord la Calabre. Le passage est serré et on a loisir d'admirer les deux côtes Juste avant de s'engager, Edmond Bruch dessine un petit fortin sur l'extrème pointe sicilienne, fortin qui pourrait être la Torre Faro, un ancien feu pour indiquer la côte. A cet endroit se trouvera bien plus tard un pylône. Sur l'image de droite, au fond la Sicile, vue de la Calabre, et le deuxième pylône qui avec son jumeau faisaient passer l'électricité du continent sur l'île.

Puntopellaro

Tout laisse à penser que cette avancée soit Puntopellaro plutôt que Reggio de Calabre qui serait plus importante
Le voyage avait l'air de se bien passer et le temps permettait à Edmond de "croquer" ses paysages et de les souligner d'aquarelle tranquillement. Ils étaient en vue maintenant de l'Etna qui avec ses 3 340 mètres ne pouvait passer inaperçu. D'ailleurs une légère fumée se dégage du sommet ne laissant aucun doute sur la nature de cette belle montagne.

L'Etna L'Etna en hiver

Je n'ai pas situé dans le temps le voyage de Nona et Edmond Bruch. Ce ne devait pas être l'hiver au vu de la photographie prise de nos jours et qui montre le volcan couvert de neige.

Le détroit s'élargissait de plus en plus, mais je pense que l'Oranais, suivait d'assez près la côte calabraise. Un rocher attira l'attention de nos voyageurs. C'était le Rocher de Pentidattilo, autrement dit "les cinq doigts" (du grec : pente - dactylos - )remarquable par sa situation, il fut lui aussi croqué immédiatement par Grand Papa Bruch.
Je vous conseille vivement d'aller visiter ce remarquable endroit en cliquant sur le lien ci-dessus.
PentedattiloPentedattilo

Voici l'une et l'autre image, pas tout à fait sous le même angle, mais absolument identiques par leurs formes si caractéristiques

Le passage du Détroit de Messine s'était déroulé sans anicroche, tout semblait au mieux pour continuer ce voyage qui allait les mener jusqu'à Hermoupolis, capitale de Syra, l'île natale d'Athanase Floros, père de Julie ainsi que de sa sœur aînée.


Je dois une grande reconnaissance à mon ami Sergio † , et à ses amis qui, tous, se sont pris au jeu et m'ont indiqué quantité de choses, d'images, de liens sur des sites siciliens ou calabrais.

Sur ces Sites j'ai emprunté quelques images en renvoyant chez eux chaque fois que je le pouvais, et, je les remercie pour leur aimable courtoisie.

Enfin, si vous voulez voir l'itinéraire parfaitement dessiné par Sergio, cliquez ICI

Je rêve de pouvoir à mon tour naviguer sur un nouvel "Oranais" et emprunter la même route que Edmond Bruch et Julie son épouse, née Floros .


Retour à la Page d'Accueil
Ou retour sur le Voyage en Grèce
Création : 2005-03-02
Mises à jour : 2012-01-16 | 2012-02-05 | 2014-01-22 | 2019-10-21 | 2020-01-19


© Françoise Bernard Briès.

Copyright, Syndication & All Rights Reserved Worldwide.
The text and graphical content of this and linked documents are the copyright of their author and or creator and site designer, unless otherwise stated. No publication, reproduction or exploitation of this material may be made in any form prior to clear written agreement of terms with the author.